أحداث 14-10-2019

تحية وفاء لروح الأستاذ مصطفى جعفور

HOMMAGE

djafour2

 

Professor Mustapha DJAFOUR

1965-2018

Le professeur Mustapha DJAFOUR est décédé le 23 octobre 2018 à l'âge de 53 ans, alors qu'il était recteur de l'Université de Tlemcen depuis juillet 2015. Après des études d'ingénieur à l'Université des Sciences et de la Technologie d’Oran (Algérie), il rejoint l’Université de Tlemcen en 1988, en tant que Maître Assistant de Génie Civil. En 1993, il a dirigé pendant deux ans le Centre de Calcul Numérique de l'Institut National de Génie Civil de Tlemcen, puis il a été élu Président du Conseil Scientifique avant d'être nommé Directeur de l'Institut. Il a obtenu son doctorat en Génie Civil à l'Université de Tlemcen en 2007. De 2008 à 2015, il a été Vice-recteur Chargé des relations extérieures, de la coopération, de la communication et de l'organisation des manifestations scientifiques. En juillet 2015, il a été nommé Recteur de l'Université et est resté en fonction jusqu'à son décès, le 23 octobre 2018. (Pour plus d’informations, voir le site internet: www.association-mustapha-djafour.dz)

Au cours des années passées à la Faculté de Technologie et en tant que responsable au Rectorat, il a acquis un grand respect auprès des étudiants et des collègues pour son esprit de convivialité, en essayant toujours de maintenir de bonnes relations avec tout le monde et en faisant preuve de compétences élevées dans la gestion de toutes sortes d'activités académiques. Il avait une vision à long terme et pragmatique sur des questions essentielles de nature pédagogique et scientifique, associant l'excellence en recherche et l'impact sur le développement socio-économique, suggérant souvent des approches novatrices en matière de formation et de recherche appliquée. Il a joué un rôle clé dans l'amélioration de la position de l'université de Tlemcen parmi les meilleures en Algérie et a tout mis en œuvre pour promouvoir son image dans le monde. Fort de sa longue expérience à différents niveaux de direction au sein de l’Université de Tlemcen, il a pris conscience de la charge de responsabilités qu’il avait assumée et a démontré la ferme conviction que l’Université pouvait jouer un rôle majeur dans la promotion de la Science, de la Connaissance et faire progresser le développement économique de la région, voire du pays dans son ensemble. Dans diverses questions académiques, il développa une vision claire fixant des objectifs précis et recherchant l'aide de tous ceux qui, parmi ses collègues, étaient prêts à contribuer à la réflexion sur la stratégie de développement de l'université.Dès qu'il a été nommé recteur, il a demandé à un groupe d'experts de différentes facultés de rédiger une proposition de planification stratégique couvrant toutes les activités de l'Université. Le 11 octobre 2016, le groupe d'experts a soumis un rapport de 22 pages contenant diverses suggestions. Peu de temps après, il a lancé un débat entre les huit facultés sur le thème «Planification Stratégique de la Recherche Scientifique à l'Université de Tlemcen, à l’horizon 2030». Il a demandé au vice-recteur chargé de la recherche scientifique de suivre les débats et lui rendre compte régulièrement des conclusions, ainsi que du type de mesures à prendre pour progresser dans la mise en place d’une stratégie jouissant de l’adhésion des acteurs de la recherche. Il a lui-même présidé plusieurs réunions avec les directeurs des laboratoires de recherche pour discuter des stratégies envisagées pour les dix prochaines années. Il a fortement plaidé en faveur de la création de réseaux de laboratoires de recherche partageant des intérêts et des objectifs communs, convaincu que cette approche pourrait ouvrir la voie à l’émergence de pôles d’excellence. En particulier, il appuyait fermement l'idée selon laquelle les sciences de la santé et les sciences de l'environnement constituaient l'un des thèmes de recherche privilégiés de l'Université de Tlemcen, et des efforts devraient être déployés pour renforcer les capacités dans ces domaines afin de faire progresser le statut de l'Université, et le placer dans une position de leadership à l'échelle nationale et peut-être en Afrique, à laquelle il a donné la priorité au partenariat. Il a évoqué plusieurs arguments à l'appui de son point de vue en citant, par exemple, l’information qu’il a reçue du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (DGRSDT: Direction Générale de la Recherche Scientifique et du Développement Technologique), selon laquelle, sur la période de cinq ans (2014- 2018), le nombre de publications de l’Université de Tlemcen en sciences de la santé était plus élevé que celui des autres universités algériennes. Il savait que deux actions majeures devaient être entreprises. L'une consiste à encourager les chercheurs actifs, en améliorant leurs conditions de travail, et l’autre d’envisager des mesures incitatives, telles que des marques de reconnaissance pour leurs réalisations. Le 12 juin 2018, il a présidé une cérémonie en l’honneur des 15 meilleurs chercheurs de l'Université ayant totalisé le plus grand nombre de publications au cours des cinq dernières années (2014 – 2018). Il a accueilli favorablement les suggestions allant dans ce sens, et a souvent demandé conseil et l'aide de collègues prêts à contribuer à divers projets liées aux activités et aux fonctions de l’Université, qu’elles soient de nature pédagogique, de recherche ou autres.Peu de temps après la cérémonie en l'honneur des chercheurs les plus productifs, il a invité un groupe d'une douzaine de personnes impliquées directement ou indirectement dans le système de communication, afin de discuter de l'opportunité de lancer un débat avec les huit facultés, dans le but de définir une stratégie de communication pour les dix prochaines années. Il était profondément convaincu que l’Université de Tlemcen avait des atouts dans de nombreux domaines, mais que le système d’information existant ne présentait pas ces capacités, ce qui fait que, souvent, son classement parmi les universités dans le monde, régulièrement signalé par des institutions spécialisées, est tout simplement erroné et il faudrait faire quelque chose pour remédier à cette situation injuste. Définir une bonne stratégie de communication et d’innovation du réseau d’information faisait partie de ses efforts et de sa vision pour améliorer l’image de l’Université dans la société et renforcer sa position parmi les Universités connues et respectées dans le monde.Le professeur DJAFOUR a accordé une importance primordiale aux questions d’éthique et de déontologie. Il était conscient des grands défis auxquels l'Université de Tlemcen était confrontée dans ces domaines cruciaux, mais il réalisait en même temps que des problèmes similaires se posaient dans toutes les universités algériennes, en raison de leur croissance rapide, de la demande pressante de meilleures conditions de travail et la nécessité d'améliorer la qualité de la formation. Il a demandé au professeur Abdesslam BENDIABDALLAH, de la Faculté des sciences économiques, de prendre en charge le Comité d'Ethique et de Déontologie (CEDUT), de compléter sa composition en s'assurant que les huit facultés soient représentées et de reprendre rapidement ses activités. En moins de deux ans, le comité a dû examiner six questions délicates impliquant des étudiants, des enseignants et parfois des responsables. Le comité a bénéficié du soutien total du professeur DJAFOUR et a pu exercer ses tâches dans de très bonnes conditions, ce qui l'a aidé à répondre à toutes les requêtes et à traiter avec succès tous les cas qui lui ont été soumis, malgré leurs complexités, satisfaisant toutes les parties concernées. Dans certains cas, le comité a envoyé des lettres de remerciements aux personnes impliquées dans les conflits et contribuant à leur la résolution, dans le respect des règles d'éthique et de déontologie, ce qui a servi d'exemple au monde universitaire et a amélioré sensiblement l'image de marque de l'Université dans la société.

Dans ce bref hommage à mon collègue et ami, le Professeur Mustapha DJAFOUR, pour qui j’éprouvais une sympathie sincère et un grand respect, j’ai laissé de nombreuses autres questions importantes, comme le projet NANOMEDECINE, auquel il a consacré une très grande énergie, faisant tout ce qu’il a pu jusqu’au dernier moment de sa vie, pour en faire une réalité et ouvrir la voie à son succès. Il a réussi à convaincre les scientifiques et les décideurs, aux niveaux local et national, que ce projet représentait une occasion unique pour l’Université de Tlemcen de jouer un rôle de premier plan dans ce domaine à la pointe de la recherche médicale.

Tlemcen le 14 octobre 2019

Mustapha BENMOUNA

Département de Physique; Faculté des Sciences